« La seule solution serait la dissolution »

Elysee : Petit dejeuner avec des representants de la Table Ronde des Industriels Europeens

28 août 2014 • Actualités • Vues: 1842

Le 27 août 2014, Charles Beigbeder était l’invité du Journal des entreprises.

Quelle est votre réaction à la nomination d’Emmanuel Macron à Bercy ? Le connaissez-vous personnellement ?

Non, je ne le connais pas personnellement. Mais je sais qu’il connait le monde de l’entreprise. Maintenant, tout le problème c’est que François Hollande fait le contraire de ce qu’il a promis. Et s’il a compris que trop d’impôt tue l’impôt, il connait aussi les déficits abyssaux de la France. Or, la majorité s’arqueboute contre l’idée d’une réduction de la dépense publique. Donc, quel que soit le talent des personnes nommées au sein de ce gouvernement, cela ne servira à rien. C’est l’ADN même de l’élection de François Hollande à la présidence de la République qui n’était pas le bon pour la France. La confiance ne pourra jamais revenir, ni la croissance, ni les emplois, ni les investissements, ni la consommation. C’est bloqué… La seule solution serait la dissolution et une autre politique économique et sociale.

Un haut fonctionnaire à Bercy, qu’est-ce que ça vous inspire ?

C’est un haut fonctionnaire mais qui a été banquier. Et puis il y a de hauts fonctionnaires de très grande qualité. De Gaulle en 1958 était entouré de hauts fonctionnaires et ça c’est très bien passé… On peut très bien redresser l’économie avec des hauts fonctionnaires.

Comment jugez-vous le passage d’Arnaud Montebourg à Bercy et comment percevez-vous son attitude ces dernières semaines ?

Beaucoup de gesticulations depuis deux ans avant de culminer par un exercice à la limite de la pitrerie. Sa grande annonce sur la libéralisation des professions réglementées visait déjà la provocation. Il cherchait à se faire virer. Donc c’est une bonne chose. Ce gouvernement cumule les difficultés et s’il ajoute en plus de la cacophonie…

Au plan économique, le gouvernement a quand même fait des choses : le Pacte de responsabilité, le CICE, les 34 plans industriels… Que pensez-vous de ce tournant social-libéral ?

Si on veut redonner confiance, il faut vraiment redonner un énorme coup de booster aux éléments les plus dynamiques de la population : les entrepreneurs, les investisseurs, les épargnants, ceux qui ont du pouvoir d’achat. Baissons la fiscalité sur les ménages et pas seulement sur les bas revenus. Malheureusement, ce ne sont pas eux qui investissent et entreprennent. On peut le regretter, mais c’est ainsi.

Et puis, il y a bien sûr le problème du marché du travail. Les petits entrepreneurs n’embauchent pas car ils craignent les Prud’hommes… Tant que l’on n’aura pas compris cela en France avec un code du travail plus souple pour les TPE, les PME, voire les ETI, on ne fera rien.

Avec un barème de dommages et intérêts évitant le recours aux Prud’hommes en cas de licenciement, la bouffée d’oxygène serait énorme pour les entrepreneurs. Le chômage baisserait immédiatement. Mais cela n’est pas possible pour la coalition socialiste, car tellement contraire à son ADN.

On entend assez peu la droite actuellement sur la politique économique, comme s’il y avait une certaine conscience des difficultés à réformer ce pays…

La droite est totalement inaudible. Ce qu’elle a fait n’est guère brillant. Le Chiraquisme qui consiste à ne pas faire grand-chose pour ne pas faire de vagues, c’est sa politique depuis des décennies et c’est dramatique. En outre, elle est totalement divisée. Donc j’essaie, avec la droite forte, et en tant que président du Think Tank Idextra de faire des propositions radicales et concrètes en allant jusqu’à la rédaction des projets de loi et des ordonnances qu’il faudra prendre en 2017. Mais j’ai parfois l’impression qu’on est seuls. Et quand je parle de code du travail hyper-allégé pour les PME, on me regarde avec ironie…

Comment envisagez-vous la suite politique du remaniement dans les prochaines semaines ?

Il n’est pas évident que Manuel Valls obtienne la confiance. On ne peut pas exclure une réaction en chaîne contre lui. Les communistes, les Verts sont très remontés, ainsi qu’une partie du PS. Dans les prochaines semaines, je m’attends à des soubresauts et des bifurcations politiques tout à fait intéressantes.

Partager cette page

        

Tags: , , ,