Une augmentation d’impôts déguisée !

conf de presse 2

16 avril 2015 • Actualités, Communiqués, Paris • Vues: 1896

Alors qu’elle avait promis de ne pas augmenter les impôts au cours de la campagne municipale de 2014, Anne Hidalgo a décidé une hausse brutale et disproportionnée des tarifs de stationnement des véhicules automobiles dans Paris, pour les résidents comme pour les visiteurs.

Les résidents se voient ainsi obligés d’acheter une carte de stationnement et subissent une hausse de plus de 200% du tarif de stationnement. En période de crise économique et alors qu’ils sont déjà largement ponctionnés par le gouvernement sur le plan fiscal, ils doivent supporter une dépense annuelle de 513€ au lieu de 154€.

Quant aux visiteurs, ils ne sont plus les bienvenus dans la capitale puisque le stationnement (limité à 2 heures consécutives) leur sera facturé 4€ l’heure dans le centre et 2,40€ l’heure en périphérie. Hormis Londres, où le coût de la vie est plus élevé qu’à Paris, aucune capitale européenne n’atteint un tel record !

Et tous doivent, depuis le 1er janvier 2015, subir les conséquences des extensions d’horaires arbitrairement décidées par le maire de Paris : fin de la gratuité des samedis et du mois d’août, et stationnement payant jusqu’à 20h.

Le plus grave, c’est que cette hausse des tarifs de stationnement n’est qu’un moyen dévoyé choisi par Anne Hidalgo pour augmenter les impôts sans oser le dire. Car le premier édile ne justifie pas d’abord sa décision par des considérations tirées de la nécessité d’obtenir une meilleure rotation du parc automobile. Au contraire, son adjoint chargé des finances, M. Julien Barjeton, avoue dans Le Parisien que l’augmentation des tarifs de stationnement est un moyen d’obtenir des recettes financières venant combler un déficit budgétaire qui s’alourdit d’années en années.

Dans ces conditions, j’ai décidé de déposer un recours devant le tribunal administratif de Paris afin de prendre la défense des résidents comme des visiteurs qui sont tous des contribuables. J’ai donc demandé l’annulation des délibérations du Conseil de Paris et des arrêtés pris sur leur fondement en décembre dernier par Anne Hidalgo, au motif qu’elle ne peut utiliser son pouvoir de police à des seules fins budgétaires, car alors il s’agirait d’un détournement de pouvoir.

Le maire de Paris raisonne comme si la capitale n’était peuplée que d’individus se déplaçant en vélib ou en roller. Elle oublie qu’il y a aussi des familles, des personnes à mobilité réduite ainsi que des professionnels pour qui l’usage de la voiture relève d’une nécessité indispensable, d’autant que les transports en commun ne disposent pas toujours des infrastructures permettant l’accueil d’un tel public.

Ce n’est pas en pressurant les Parisiens que l’on résoudra le problème des transports à Paris et dans l’agglomération parisienne. Au lieu d’instaurer un tel droit de péage, Anne Hidalgo ferait mieux de construire des places de parking, en surface comme en sous-sol. Et cela, sans augmenter les impôts mais en diminuant le train de vie de la mairie de Paris. Le contribuable ne s’en portera que mieux.

L’Organisation des Transporteurs Routiers Européens (OTRE) ainsi que l’association “40 millions d’automobilistes” soutiennent notre démarche.

Partager cette page

        

Tags: , , , , , ,

One Response to Une augmentation d’impôts déguisée !

  1. Drouot dit :

    J’aimerai savoir où vous en êtes de votre recours devant le tribunal administratif concernant les frais de stationnement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>