Lettre à François Fillon sur le ton de Cyrano

françois-fillon

14 juillet 2015 • Actualités • Vues: 2117

Tribune publiée sur le ton de Cyrano le 14 juillet 2015 dans FigaroVox, en réponse à François Fillon.

Ah ! non ! c’est un peu court, Mr Fillon !

On pouvait dire… contre Hollande !… bien des choses en somme.

En variant les thèmes -par exemple, tenez:

Écolier : Moi, Monsieur, avec 1 éleve de 6eme sur 5 illettré, point “d’ardeur de hussard”, mais fini le collège unique, bienvenu au retour de l’autorité, de l’uniforme, de la sélection et de la méritocratie. Autonomie aux établissements scolaires. Écoles libres financées par un chèque scolaire attribué à chaque famille pour permettre à chacun de financer l’école de son choix.
Sécuritaire : face à Mme Taubira et son laxisme, mettre fin aux “hésitations de la justice”, quelle audace ! Moi, Monsieur, alors qu’une peine sur 5 est exécutée, ce serait la suppression des remises automatiques de peine, le rétablissement des peines planchers, l’expulsion après peine de prison pour criminels étrangers, la réforme de l’ordonnance sur les mineurs et le doublement des places de prison.

Économique : réformer les 35h ! Que ne le fîtes vous lors du précédent quinquennat ? Refonte du code du travail ? Espérons que Monsieur Macron, inspiré par Messieurs Badinter, Lyon-Caen et Combrexelle, s’y attelle enfin. Mais pour un vrai sursaut de confiance et donc de croissance, c’est d’un transfert au privé de tout le non régalien, d’un impôt proportionnel de 15% sur tous les revenus ou profits en substitution de tous les impôts existants et d’une TVA sociale pour baisser les charges sociales dont nous aurions besoin. Sans oublier de mettre fin à la pompe aspirante de nos allocations en soumettant le versement de toute allocation sociale à 5 ans de travail légal en France.

Prudent : revoir notre politique d’immigration en y instaurant des quotas ? Et Monsieur, comment faire sans rétablir les frontières ? Nos cousins d’Amérique et britanniques auraient le droit de contrôler leurs frontières, pas nous ? Il faut pouvoir sortir temporairement de l’espace Schengen si l’on n’arrive pas à le réformer. Et puis, supprimer l’automaticité du droit du sol qui n’a plus lieu d’être à l’heure de la mondialisation, et restreindre l’acquisition de la nationalité par mariage. Enfin, dénoncer la Convention Européenne des Droits de l’Homme qui nous oblige à héberger aux frais du contribuable les terroristes que nous voulons expulser.

Enraciné : Exigence d’assimilation pour vivre ensemble. Certes, mais, de grâce, dites comment ! Réécriture du 1er article de la Constitution réintroduisant la référence à nos racines judéo-chrétiennes et à nos traditions pour mettre fin à toute velléité de communautarisme et de multiculturalisme. Et restauration de notre fierté nationale, notamment en mettant fin à cette repentance compulsive bien peu propice à faire aimer notre civilisation aux nouveaux arrivants.

Germanique : conduire “une stratégie de convergence économique et fiscale entre France et Allemagne”. Mais la Chancelière et son bon Ministre Schauble rejetteront ce mariage insensé vers la médiocrité, tant que les vraies réformes évoquées plus haut ne seront pas entrées en vigueur. Et franchement, Monsieur, ne pensez-vous point que notre identité si fragilisée puisse souffrir une telle idée de “tandem” giscardien d’un autre temps ?

Diplomate : et bien Monsieur Fillon, revoir notre diplomatie. Oui da vous êtes dans le vrai ici. il faut se tourner vers l’Iran et la Russie. Dommage néanmoins d’avoir envahi la Libye et d’avoir tout fait pour affaiblir la Syrie !

Voilà ce qu’à peu près, mon cher, vous m’auriez dit si vous aviez un peu plus d’audace et de pugnacité. Mais d’audace, hélas, à force de fréquenter les palais, vous conviendrez, Monsieur le Premier Ministre, qu’il n’y en a plus guère à Paris parmi les grands de ce monde, ni aux Républicains ni au Gouvernement.

C’est bien dommage parce que vos propositions sont souvent plus perspicaces que celles de la plupart de vos collègues des Républicains, et votre projet assez abouti. Alors, comme dirait Danton, « de l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace ! » La France ne se relèvera qu’à ce prix.

Partager cette page

        

Tags: , , , ,