Pour un réarmement spirituel et moral de la France !

ND de Paris

15 novembre 2015 • Actualités, Points de vue • Vues: 2927

« Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre » affirmait Winston Churchill. Or, c’est précisément ce que nous vivons.

Pour n’avoir pas suffisamment médité les leçons tirées des épreuves traversées par notre pays au cours des précédents siècles, nous subissons de plein fouet les conséquences d’une légèreté à laquelle la tragédie du 13 novembre semble avoir mis fin, nous rappelant tristement à une réalité que nous voulions ignorer.

Notre légèreté a consisté à avoir cru que nous pouvions offrir une vie harmonieuse à une jeunesse désœuvrée, sans l’enraciner dans les profondeurs de l’âme française. « Un pays qui a joué un rôle de premier ordre n’a pas le droit de se réduire au matérialisme bourgeois qui ne demande qu’à jouir tranquillement de ses richesses acquises » rappelait pourtant Ernest Renan dans La Réforme intellectuelle et morale, au sortir du traumatisme de la guerre de 1870.

C’est la nationalité française de la plupart d’entre eux qui est frappante, notamment le cas d’Ismaël Omar Mostefai, originaire de l’Essonne : un « ancien petit voyou […] connu pour huit condamnations de droit commun entre 2004 et 2010 sans jamais avoir été incarcéré. Il faisait l’objet d’une fiche S pour “Sûreté de l’État” en 2010, date à laquelle il s’était radicalisé » rappelle Le Figaro. Tout le drame français est résumé dans cette phrase : un individu français né sur le sol français, élevé dans une école française, devenu délinquant de droit commun sans jamais être incarcéré, pour finalement basculer dans le djihadisme. Une réplique de Mohammed Mérah en somme, où l’on pointe aussi bien la faillite de l’école que l’absence de réponse pénale adaptée.

Dans La réforme intellectuelle et morale, Renan explique que « notre plus grande erreur est de croire que l’homme naît tout élevé » alors qu’ « on ne se discipline pas soi-même ; des enfants mis ensemble sans maître ne s’élèvent pas ; ils jouent et perdent leur temps ». N’est-ce pas une condamnation prémonitoire du pédagogisme qui règne en maître dans notre système éducatif depuis les années 70 ? Comment éviter que les élèves, habitués à être des enfants-rois, n’en deviennent pas ensuite des caïds-rois puis rejettent totalement un enseignement auquel ils sont toujours restés étrangers ? C’est tout notre système éducatif qui est à revoir, à commencer par une réhabilitation de la transmission sans laquelle aucune culture ne peut éclore dans l’esprit de nos enfants.

Il ne s’agit pas ici de battre notre coulpe ou de nier la relation immédiate qu’entretiennent les évènements actuels avec le conflit irako-syrien (sur lequel il y aurait beaucoup à dire, tant la responsabilité des Américains en 2003 puis de la diplomatie française depuis 2011 est écrasante dans l’apparition de DAESH). Mais il importe avant tout de comprendre les racines profondes du mal qui a permis l’instrumentalisation de bombes vivantes par DAESH sur notre territoire.

« Nous pensions en retard » écrivait Marc Bloch dans L’étrange défaite en 1940, deuxième leçon à méditer si l’on veut tirer parti de cet autre drame que fut la défaite de juin 1940, suivie de l’Occupation. « Nos chefs ou ceux qui agissaient en leur nom n’ont pas su penser cette guerre. En d’autres termes, le triomphe des Allemands fut, essentiellement, une victoire intellectuelle et c’est peut-être là ce qu’il y a eu en lui de plus grave ».

Avons-nous su penser le djihadisme ? Avons-nous pris l’exacte mesure du conflit de civilisation que DAESH, et derrière lui, tout l’Islamisme radical qui infeste la planète, a décidé de livrer à l’Occident ? « Nous sommes en guerre » a martelé, à juste titre, notre Premier ministre samedi. Mais en avons-nous pris réellement conscience ? Rien n’est moins sûr ! Quand on retrouve à proximité du stade de France un passeport syrien correspondant à un individu arrivé en Grèce sous le statut de réfugié mais que dans le même temps Jean-Claude Juncker affirme qu’ « il n’y a pas lieu de revoir dans leur ensemble la politique européenne en matière de réfugiés », on est légitimement en droit d’en douter. D’autant que DAESH avait annoncé vouloir infiltrer les migrants de djihadistes !

« Pendant que nous descendions insouciants la pente d’un matérialisme inintelligent ou d’une philosophie trop généreuse, laissant presque se perdre tout souvenir d’esprit national […] un tout autre esprit, le vieil esprit de ce que nous appelons l’ancien régime, vivait en Prusse, et à beaucoup d’égards en Russie » conclut Renan.

Il est temps de retrouver cet esprit, de puiser dans les profondeurs de l’âme française pour y trouver la force d’un réarmement spirituel et moral sans lequel toute victoire militaire sera vaine et toute mesure de police inefficace. Un peuple n’est grand que lorsqu’il est enraciné dans son identité et fidèle à sa vocation. Notre ennemi lui-même nous désigne comme le pays « qui porte en Europe la bannière de la Croix ». Faisons-donc revivre dès aujourd’hui l’héritage chrétien de la France qui a écrit les plus belles pages de son histoire et n’a pas dit son dernier mot !

Partager cette page

        

Tags: , , , ,

5 Responses to Pour un réarmement spirituel et moral de la France !

  1. Merci, Monsieur, pour l’envoi de votre article.
    Avant de pointer “la faillite de l’école et l’absence de réponse pénale adaptée, si je vous cite bien, dans le cas de l’un des tueurs (français, d’origine nord-africaine), il faut avant toute chose, pointer la RESPONSABILITE TOTALE DES FAMILLES.
    Se réarmer spirituellement et moralement, c’est de cet aspect que j’ai parlé, sans écho, avec les différents hommes politiques que j’ai été amenée à connaître, lors des réunions de bistros organisées avant les élections de 2014.
    La préoccupation des uns et des autres était, bien souvent, de se faire photographier, dans des postures avantageuses qui, à mes yeux, ne masquaient pas leur cruel manque de vision pour Paris, pour la France , plus largement.
    Cordialement, D. Blum.

  2. Bravo à monsieur Beigbeder pour son analyse mais je suis tout à fait d’accord avec D. Blum. La désintégration consciente et calculée de la famille stérilisera toute tentative de réforme par ailleurs. En disloquant la famille, c’est toute une jeunesse que l’on pulvérise. On peut redire aujourd’hui ce que l’on écrivait après le 11 janvier; et je crains que nous n’ayons encore à le redire…
    http://www.familleliberte.org/index.php/component/content/article/62-education/295-lettre-aux-adherents-fevrier-2016

  3. MICHEL Jean-François dit :

    Merci de cette prise de position que je partage quant au redressement possible de notre société.
    J’y ajouterai la nécessité d’une réflexion sur ce qui fait l’incompatibilité entre nous et les radicaux islamistes.
    Lorsque les chrétiens ont tué au nom de leur religion, ils trahissaient totalement leur texte de référence, les Evangiles, récits des propos de Jésus. Le problème des musulmans “normaux”, ceux avec lesquels nous pouvons fraterniser, est qu’ils sont trahis par leur texte de référence. Averroès s’y est cassé les dents. Depuis, plus personne ne s’est aventuré à reprendre son flambeau.
    Il faut l’inculture généralisée de nos politiques et penseurs laïcards pour comparer les “religions” concernées.
    Bien des chrétiens vivent en prenant des libertés avec le message évangélique. Ils gardent cette liberté quand ils sont en face d’intégristes chrétiens.
    Bien des musulmans en font autant de leur côté. Mais quand ils sont en face d’intégristes qui leur rappellent le texte, ils n’ont pas notre liberté d’affirmer leurs choix : le Coran est la Loi, car il est Allah incarné.
    Pour près de 75% d’entre eux, le Coran prime sur le Code Civil.
    Il y a donc à changer notre relation à l’Islam. Peut-être, à travers le contexte historique de Mahomet, parvenir à faire admettre que le dit texte n’est pas l’incarnation d’Allah, mais une transcription du Prophète qui avait besoin de cet absolutisme pour s’imposer et que, de ce fait, les musulmans pourraient ne pas en conserver la totalité.
    A défaut, il restera beaucoup d’ambiguïté dans nos relations qu’on voudrait paisibles.

  4. felix dit :

    Seule un changement constitutionnel de fond permettra a des hommes de valeurs de se positionner sur un plan politique. La technocratie francaise a fait long feu. La poltique politicienne qui nous gouverne depuis 1970 est celle de l’opportunisme, on ne peut changer cela sans reformer le mode electoral..

  5. Angélique Eymond dit :

    Il ne faut pas oublier notre heritage celtique, greco-romain….et la Sciene, de quoi motiver la jeunesse et l aider a se relativiser.
    L Education est a la base de tout, les marxistes, les integristes…l ont bien compris depuis longtemps.
    Et elle est bien la cause de nos propres impuissances

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>