La COP21 ou la nouvelle tour de Babel

logo-cop21

5 décembre 2015 • Actualités • Vues: 1912

Ce qui est amusant avec cette COP21, c’est d’observer la sainte alliance des zadistes, marginaux et autres chevelus nostalgiques des hippies du Larzac, pourfendeurs de la croissance et adeptes d’un libertarisme anarchiste, avec les grands prêtres du changement climatique, nouvelles émules d’un réchauffisme dogmatique, cette religion planétaire qu’embrassent désormais hommes politiques en mal de médiatisation devant une carrière finissante et autorités morales autoproclamées en quête de respectabilité.

La sainte alliance, en somme, des libertaires décroissants et des prédicateurs conformistes, qui s’enhardissent de propos alarmistes voire apocalyptiques : « Il faut sauver le monde, nous sommes au bord du gouffre ! » et qui ont trouvé leur bouc-émissaire tout désigné en la personne de Philippe Verdier, nouvelle incarnation du Mal qui mérite bien les foudres sentencieuses de cette précieuse inquisition climatique.  Heureusement, nos formidables apôtres du Bien veillent et grâce à eux, la planète va pouvoir être sauvée, tout va bien…

Tout cela relève d’une arrogance inouïe et témoigne d’une bêtise incommensurable. Il y a chez certains dirigeants qui profèrent ces discours, un orgueil démesuré doublé d’une volonté de jouer un rôle historique en instrumentalisant la problématique des émissions de gaz à effet de serre.

Comprenez-moi bien ! Le défi des émissions de gaz à effet de serre est un sujet sérieux et loin de moi l’idée de prendre la question à la légère. Comme le rappelle le pape François dans Laudato Si, « l’humanité est appelée à prendre conscience de la nécessité de réaliser des changements de style de vie, de production et de consommation, pour combattre ce réchauffement ou, tout au moins, les causes humaines qui le provoquent ou l’accentuent ».

L’atmosphère est en effet un volume fini et la terre ne peut absorber que 10 milliards de tonnes de CO2 par an. Or, les émissions de CO2 atteignent le niveau record de 40 milliards de tonnes donc, à supposer que le réchauffement climatique provienne avant tout de ces émissions, il est évident que les conséquences pourraient s’avérer très lourdes concernant l’acidification des océans ou le caractère irrespirable de l’atmosphère à certains endroits. La concentration de CO2 est un paramètre fondamental de l’écosystème planétaire qu’il convient de ne pas négliger, et les activités humaines représentent, à coup sûr, une des causes de l’augmentation de cette concentration. Il est donc impératif d’agir concrètement.

Et quand je dis concrètement, je sais de quoi je parle puisque j’avais écrit en 2008 une tribune sur le changement climatique 15 mois avant la conférence de Copenhague de 2009. Il est assez étrange de la relire aujourd’hui ; elle me fait penser aux suppléments COP21 de nos quotidiens et magazines qui recyclent de jours en jours les mêmes marronniers…

Évitons donc de répéter les mêmes erreurs ! Il faut sortir des grand-messes supranationales et des solutions interétatiques. La réduction des gaz à effet de serre doit être traitée à la base : elle ne peut venir que des citoyens eux-mêmes.

Puisque nous sommes 7 milliards d’habitants sur la planète et que nous pouvons émettre, sans aucun pollution de l’atmosphère, jusqu’à 10 milliards de tonnes de CO2 par an, l’émission de chacun d’entre nous peut s’élever jusqu’à 1.400 kg de CO2 par an. À partir d’un questionnaire très simple, basé par exemple sur une application mobile sur Smartphone, on pourrait, au vu des réponses, déterminer de façon assez précise les émissions de CO2 réalisées par chaque personne ou plus précisément par chaque famille résidant dans un appartement ou un pavillon, en fonction de son installation de chauffage ou de régulation thermique, de ses habitudes de transport, de sa consommation alimentaire et de quelques autres usages.

Lorsque chacun connaîtra ses émissions de gaz à effet de serre et sa contribution au dérèglement de l’atmosphère terrestre, il sera possible de mettre chaque citoyen face de ses responsabilités. C’est à ce stade que les entrepreneurs pourront imaginer des services innovants pour aider chacun à réduire ses émissions jusqu’à atteindre le seuil de 1400 kg de CO2 par personne et par an.

En parallèle, il serait urgent de proposer une tarification de l’électricité au prix du marché, et non à un tarif subventionné, comme je l’avais demandé quand j’étais président de Poweo. Cela aiderait les usagers à prendre conscience du coût financier réel de leur consommation électrique. C’est comme cela que l’on change les mentalités !

Que des actions politiques locales ou éventuellement nationales favorisent cette prise de conscience, pourquoi pas ! Mais je ne crois absolument pas au méga deal COP où 150 chefs d’État se mettent d’accord entre eux pour sauver la planète. Ils donnent l’impression de vouloir construire une nouvelle tour de Babel !

Partager cette page

        

Tags: , ,

6 Responses to La COP21 ou la nouvelle tour de Babel

  1. lac dit :

    Concernant les politiques vous avez oublié le mot “ignorants”.En effet ils devraient se rapprocher du GIEC pour lui rappeler un oubli concernant une étoile de notre système s’appelant le SOLEIL qui dégage un rayonnement de valeur moyenne de 4.10 puissance 26 watts/seconde.
    Valeur négligeable selon le GIEC mais qui permet de raisonner autrement quand elle est prise en compte avec ses fluctuations.

  2. RONDA Freddy dit :

    La plus grosse consommation d’énergie est due à ce qui chauffe, éclaire, etc. une maison , un appartement, des bureaux , des locaux commerciaux etc. S’il faut lutter contre les gaspillages énergétiques dans tous les domaines: industries, voitures, avions, bateaux etc., il convient de faire un effort particulier sur l’ensemble du parc immobilier ancien pour isoler les immeubles et réduire les consommations énergétiques. L’isolation est la condition première à mettre en œuvre. Ensuite, tout le sud de la France qui bénéficie de 300 jours environ d’ensoleillement doit–être équipé de capteurs solaires pour l’eau chaude sanitaire. De même les récupérateurs de chaleur sont un bon moyen pour assurer le chauffage. En résumé, il ne faut pas partir dans des grandes théories mais avec de principes simples où la technique est bien au point pour régler les problèmes. L’état, au lieu de nous ponctionner pour financer les nouvelles énergies devrait au contraire inciter à économiser l’énergie. Rendre responsables les propriétaires et les laisser s’adapter à ces changements de comportements. On peut voir d’ailleurs, que les acheteurs de logements, de maisons, sont attentifs à la consommation énergétique du bien proposé. L’investissement réalisé est rentable et devient un argument de vente. Laissons chaque acteur, en toute liberté mettre en œuvre ce qui lui convient le mieux. Il sera beaucoup plus performant que toutes les directives écrites par des technocrates à l’idéologie punitive et confiscatoire..

  3. Philippe Verdier dit :

    Votre article est très interessant.
    Le bouc-emissaire au sens étymologique porte sur lui tous les maux d’une société avant d’en être chassé !
    Philippe Verdier, journaliste et auteur de Climat Investigation aux editions Ring

  4. Merci, Monsieur, pour votre envoi.
    Ce sommet pour le climat, dont se régalait longtemps à l’avance, le Chef de l’Etat , ressemble à un pic d’enfumage.
    La région parisienne aura souffert d’un abus de transports coûteux pour toutes les personnalités venues figurer là: voitures (sans doute fort énergivores, avions, hélicoptères de surveillance, etc…).
    Ce barnum aurait pu être évité, par égard pour la planète, par souci d’économie aussi, pour les contribuables que nous sommes; une vidéo-conférence ne pouvait-elle faire l’affaire, sur plusieurs jours, puisque existent des moyens merveilleusement performants de communication ?
    Tout comme vous, je crois à la responsabilité individuelle.
    Je l’ai vue s’exercer, dans les années 70, par exemple, lors de mes premiers voyages en Israël, pendant des séjours prolongés dans les kibboutz où pas une seule goutte d’eau ne se perdait; où l’on s’éclairait avec un vrai souci d’économie. Les enfants, tout jeunes, savaient qu’il fallait se servir, sans abus, des sources d’énergie.
    Aujourd’hui, la technologie des panneaux solaires de là-bas semble bien s’exporter.
    Sans doute pourrions-nous nous en inspirer, dans nos REGIONS les plus ensoleillées; et inciter les chercheurs français à innover, eux aussi.
    Nous ne ferons jamais , cependant, l’économie de responsabilités individuelles.

  5. Recevez, Monsieur, mes bonnes salutations. D. Blum

  6. LOUIS Patrick dit :

    Bravo Charles!
    Devant ce nouveau panthéisme babélien qui à la prétention de maitriser le climat… alors qu’il ne s’agit que de se dominer soi même et de savoir s’auto limiter, je propose que nous ne soyons plus climato-béat ou climato-septique mais climato agnostique. Un peu de raison dans tout cela fera du bien à tous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>