Fier d’être Français et défenseur des libertés

Enraciné dans une famille du Sud-Ouest mais issu d’une grand-mère américaine, j’ai grandi à Paris, ai poursuivi une formation d’ingénieur (diplôme de l’Ecole Centrale Paris en 1988) et commencé ma carrière chez Matra Marconi Space avant de rejoindre le monde de la finance, à Paris (Paribas, Crédit Suisse First Boston) puis à la City de Londres (MC-BBL Securities).
En 1997, j’ai fondé Self Trade, première société de Courtage en ligne, sur le modèle d’E Trade aux Etats-Unis. En 2002, j’ai tiré parti de la dérégulation du marché de l’énergie pour créer Poweo, premier fournisseur indépendant d’électricité et de gaz (aujourd’hui Poweo – Direct Energie). Par la suite, j’ai investi dans l’agriculture (en Ukraine et en Argentine), dans les loisirs et dans la finance. Au total, j’ai fondé une dizaine de boites et créé environ 2 000 emplois. Aujourd’hui, je suis président de la holding industrielle et financière Gravitation, qui investit notamment dans les domaines de la croissance verte et de l’internet.

Libéralisme ou protectionnisme ? Réponse au Salon Beige

Le Salon Beige, que je consulte régulièrement et dont j’apprécie la ligne éditoriale, a relayé vendredi 16 octobre une tribune que j’ai publiée dans le Figaro sur le libéralisme. Je m’y définissais comme un « libérateur enraciné », c’est-à-dire une personne qui « puise, au plan philosophique, sa vision de l’homme dans une anthropologie judéo-chrétienne et sa vision…

Soyons des libérateurs enracinés ! (La Nef, 04/2015)

Article publié dans la revue mensuelle La Nef au mois d’avril 2015. Souvent décrié en France, le libéralisme reste largement méconnu, tant ses contours sont difficiles à cerner. On peut l’envisager à trois niveaux : philosophique, politique ou économique. Le libéralisme philosophique postule l’équivalence de tous les choix humains, sans aucune hiérarchie de valeurs. Largement en vogue aujourd’hui,…

Le libéralisme intégral veut-il la fin de toute communauté humaine ?

On aurait tort de regrouper sous l’étiquette  « libérale » tous ceux qui défendent la liberté d’entreprendre contre l’omniprésence de l’État dans la vie économique et la multiplication des règles en tout genre. Beaucoup de ceux qui souhaitent libérer l’économie française de sa tutelle étatique ne sont pas, loin s’en faut, les adeptes d’un libéralisme politique absolu…